C’est ce pourquoi nous nous battons depuis des années, ce qui nous fait sortir de notre lit chaque matin, ce qui nous fait croire en notre métier : la Big Idea.
Mais trouver “la grande idée”, celle qui saura faire vivre un concept sur la durée avec un gage de qualité certain, ce n’est pas chose aisée, et force est de constater que plus on s’efforce à chercher, moins on trouve. La réciproque de cette théorie serait-elle vraie ? Peut-on trouver plus facilement quand on ne cherche pas ?

La sérendipité, la vérité est ailleurs

Élu mot de l’année par le magazine Sciences Humaines, la sérendipité est cette non-capacité à trouver des idées géniales que l’on ne cherchait pas vraiment.

En scrutant un peu plus sur Wikipédia Internet, on tombe sur une définition un peu plus précise : “La sérendipité est la recherche d’une résolution de problème et, restant ouvert à toutes les opportunités, abouti finalement à la résolution d’un autre problème (directement lié ou non à la résolution du problème initial).”

Compliqué ? Pas du tout. Pour donner une illustration précise, c’est l’histoire d’un capitaine d’un bateau en 1492 cherchant une nouvelle route pour les Indes. Le fruit de la sérendipité est la découverte faite par le concours du hasard couplé avec une bonne dose de sagacité. Le Post-It, le micro-ondes, la pénicilline sont d’autant d’inventions révolutionnaires produites “par hasard”. C’est bon, vous suivez ?

Au delà de l’aspect découverte scientifique, le principe de sérendipité peut aujourd’hui prendre possession sur notre pratique du web. En effet, sur Internet, le système d’hyperlien, le système d’indexation par mots-clés, les suggestions proposées en fonction des habitudes de consommation de contenu, invite l’internaute à une navigation intuitive, à un papillonnage le conduisant de liens en liens, d’articles en articles, de vidéos en vidéos, et le poussant, de facto, à des découvertes fortuites et intéressantes qu’il n’aurait jamais pensé trouver ni même chercher. De cette observation, le web serait donc, selon Robert Johnson “le plus grand moteur de sérendipité de la culture jamais inventé”.

La sérendipité est donc un état d’esprit à cultiver pour trouver des concepts innovants, c’est aussi une aptitude à être ouvert aux opportunités sans forcément prendre en compte la résolution du problème sur lequel porte la recherche initiale, contrairement à l’insight qui vise à proposer une solution à un problème soulevé par la consommateur.

Mais alors que fait un sérendipiteur ? Comment “procéder” à la sérendipité ?

Un créatif qui s’ennuie est un créatif de génie.

Dans la stratégie digitale, plus qu’ailleurs, nous restons constamment sollicités par un flux d’information de plus en plus personnalisé ou par des interactions de plus en plus ciblées afin de nous occuper l’esprit et de tuer les temps morts. Cette source intarissable d’informations se couple avec notre soif insatiable d’occupation, nous ne supportons plus de nous ennuyer. Or, c’est généralement dans ses phases d’ennui que l’esprit peut vagabonder.

Pour trouver une idée créative, il ne suffit pas de s’efforcer à la trouver ni même à la chercher. L’inspiration peut-être ailleurs. Nos meilleures idées peuvent venir au moment où nous regardons l’eau des pâtes en train de bouillir ou pendant que nous sommes en train de dessiner sur un set de table à la pizzeria du coin. À ce sujet, on vous suggère de lire l’excellent article d’i-D.

Cette pratique de l’ennui et du temps libre, nous la retrouvons aussi à l’œuvre chez Google où 20% du temps de travail des ingénieurs et des développeurs leur est offert pour qu’ils puissent se consacrer à leurs propres projets. S’exercer au temps libre afin de mieux favoriser les découvertes, petites ou grandes, par l’exploration, par hasard mais surtout par plaisir.

En bref, cette volonté propre à notre époque d’occuper nos pensées par l’information ou le divertissement, ce contrôle n’est simplement… ce n’est pas possible. S’il y a une chose que l’histoire de l’évolution nous a enseignée, c’est que la vie ne peut pas être retenue. La vie se libère, elle s’étend à de nouveaux territoires et brise les barrières… L’inspiration trouve toujours un chemin.